NOS CONSEILS > Jardinage

Cette rubrique regorge de conseils pratiques pour faciliter votre jardinage et entretenir au mieux vos Fleurs et plantes...

Nos fiches (cliquez sur le lien hypertexte pour atteindre directement la fiche de votre choix) :

 


Les terreaux
 
Fougères

Ananas


Les Magnolias
 
Bien tailler les Rosiers

Lavande


Les Oeillets
 
Palmier Howeia

Réalisez une composition ensoleillée

 

Les terreaux

Il existe 4 sortes de terreaux avec pour chacun des utilisations bien particulières :

Les terreaux spécifiques :
Utilisation : catégories végétales précises : agrumes, aromatiques, gazon (regarnissage ou rajeunissement), plantes méditerranéennes, orchidées, cactées, plantes aquatiques
Composition : très variable, le substrat devant répondre aux exigences propres de l’espèce.
Avantages : c’est le top du confort pour les végétaux car ils sont conçus spécialement pour eux
Bon à savoir : ces terreaux sont indispensables si l’on n’a pas suffisamment de connaissances pour préparer soi-même son mélange. Par exemple, les orchidées ont besoin d’un substrat particulier et ne survivraient pas dans un terreau universel.

Les terreaux universels :
Utilisation : pour les végétaux d’intérieur et d’extérieur, excepté les espèces de terre de bruyère. On peut les employer sans modération pour les plantations, les repiquages ou rempotages…
Composition : elle varie selon les fabricants. Cependant, on y trouve toujours de la tourbe, des matières organiques et des matériaux (perlite, vermiculite, …) destinés à aérer le mélange.
Avantages : c’est un produit passe-partout qui, acheté en sac de 50 litres, est vite rentabilisé.
Bon à savoir : son efficacité est garantie si vous choisissez un produit sous le label NF (norme AFNOR).

Les terreaux enrichis :
Utilisation : pour les plantes gourmandes (rosiers, arbres fruitiers, légumes, etc.). Un terreau à proscrire pour les espèces comme le buddleia qui poussent sur les sols pauvres.
Composition : au mélange basique d’un terreau universel s’ajoutent des algues, de l’engrais, des fumiers divers, du stimulateur de végétation, etc.
Avantages : ces produits contiennent souvent de la magnésie qui intensifie les coloris des fleurs. En vue d’une bonne rétention d’eau, certains renferment aussi de l’argile ou des grains rétenteurs.
Bon à savoir : certains terreaux universels sont enrichis. Lisez bien la composition sur les sacs.

Les terreaux de bruyère :
Utilisation : ils servent à toutes les plantes qui redoutent le calcaire. Incontournables pour les azalées, rhododendrons, camélias et bruyères. Ces terreaux conviennent également à d’autres espèces comme les hortensias, magnolias caducs, etc.
Composition : naturel et sans ajout, il est collecté dans les Landes ou dans les forêts où poussent des bruyères ou autres éricacées…
Avantages : c’est le seul moyen efficace pour faire pousser les plantes calciques.
Bon à savoir : pour la culture en bac, achetez une terre « dite de bruyère » ou utilisez de la terre de bruyère en l’enrichissant de terreau ou d’un fertilisant spécial pour les plantes acidophiles.

[haut]

Les Magnolias (voir la photo)

Le Magnolia caduc a une éblouissante floraison printanière, d’autant plus remarquable qu’elle survient avant l’apparition des feuilles. Les lourds pétales ont une belle texture cireuse et s’épanouissent en coupe élégante.

De 4 à 8 semaines de fleurs :
Exceptionnellement florifères, les magnolias ouvrent leurs boutons chaque jour, pendant 4 à 8 semaines. Chez certains, comme « Picture », les élégantes corolles peuvent atteindre 20 cm. Une féerie ! Mêmes jeunes, ces grands arbustes (jusqu’à 6 mètres) fleurissent sans se faire prier. Pour les petits jardins, il existe des variétés appropriées, pouvant également être cultivées en bac. Si vous les achetez en fleurs, attendez la fin de leur épanouissement pour les installer définitivement.

Des végétaux faciles à vivre...
Tout à fait rustiques (-20°/-25°), ces magnolias prospèrent en situation ensoleillée, voire légèrement ombragée, et en terrain peu calcaire. Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas vraiment des végétaux de terre de bruyère : ils détestent seulement l’excès de calcaire. Plantez-les dans un trou de 75 cm en tous sens et bien drainé. Arrosez copieusement et, pour protéger leurs racines superficielles du dessèchement, paillez le sol de compost ou d’écorces de pin sur 1m² autour du tronc. Enfin, ne mettez pas d’autres plantes à moins d’un rayon de 40 cm autour. Aucune taille n’est nécessaire si ce n’est pour ôter du bois mort, équilibrer la silhouette ou réduire l’encombrement : dans ce cas, opérez sitôt la floraison terminée.

[haut]

Les Oeillets

Fleur maudite pour les uns, fétiche pour les autres...
Fred Astaire le portait à la boutonnière, au mépris de la superstition qui collait aux pétales dans le monde du spectacle. A la Belle Epoque, les directeurs de théâtre avaient coutume d’envoyer des Roses aux artistes retenus pour un rôle…et des œillets a ceux qui étaient refoulés ! Voilà pourquoi cette plante est encore aujourd'hui censée porter la poisse.
En bouquet, c’est pourtant un vrai bonheur, d’autant qu’elle peut tenir une quinzaine de jours en vase. C’est d’ailleurs la fleur la plus vendue après la Rose et on la trouve toute l’année chez les fleuristes.
En fleur coupée, elle existe dans toutes les couleurs car cette plante à la tige creuse absorbe parfaitement la teinture.

Près de 300 espèces et des milliers d’hybrides :
Les oeillets de poètes (voir la photo), aux magnifiques coloris veloutés, possèdent une intensité de parfum variable. Biannuels, ils se sèment de juin à août, pour une floraison au printemps suivant. Fierté des anciens jardins de curé, ils se ressèment volontiers.
Alors si vous appréciez les œillets, ne vous en privez surtout pas : il en existe pas loin de 300 espèces et des milliers d’hybrides, tous florifères en sol bien drainé et à exposition ensoleillée (la chaleur intensifie leur parfum).

Quel oeillet choisir ?
Pour la rocaille : Toutes les variétés, de petite et moyenne tailles, conviennent, y compris les merveilleux œillets de poètes, à grouper en touffes.
Pour les bouquets : Le Dianthus caryophyllus aux nombreux hybrides.
Pour les bordures : Les mignardises blanc rosé fleurissent facilement et se marient à toutes sortes de plantes.

Un bouturage réussi :
Préparation
 : Otez la moitié des feuilles sur les pousses, et poudrez leur base d’hormones.
Mise en place : Dans un terreau léger, placez vs boutures d’œillet contre les parois du pot.
Finition : Tassez légèrement, arrosez en douceur, puis placez le pot à l’abri du soleil direct.

[haut]

Les Fougères

Entretien :
La fougère a des exigences assez faciles à satisfaire. Vaporisez souvent à l’eau chambrée et non calcaire pour augmenter l’humidité ambiante et nettoyez le feuillage. Proscrivez en revanche les lustrants. Si une partie des feuilles est sèche, coupez-la en faisant attention à entamer le vert du feuillage qui risquerait de brunir à son tour. Au cours du rempotage, veillez à ne pas endommager la motte et évitez de trop tasser le terreau.

SOS soins :
Frondes cassantes, desséchées : arrosages insuffisants
Feuilles pâles : terreau appauvri, insolation. Apportez de l’engrais et déplacez la potée.
Plante molle, alanguie : motte détrempée, un accident assez fréquent avec les bacs à réserve d’eau.
Feuilles poisseuses, avec des pustules brunes : cochenilles, fréquentes dans une ambiance sèche.

Température : L’hiver, 15 à 16°C au minimum et sans courant d’air ; l’été, 24°C avec une bonne hygrométrie ambiante.
Exposition : Une luminosité moyenne, sans soleil direct, optimise coloris et croissance.
Arrosage : Pour garder le terreau frais, arrosez avec de l’eau chambrée, et vaporisez souvent.
Fertilisation : De mars à septembre, 1 fois par mois, ou placez de l’engrais à diffusion lente lors du rempotage.

2 solutions fraîcheur :

- sur une coupelle : Placez le pot sur une soucoupe emplie de gravier et d’eau. Le fond du pot ne doit pas baigner dans l’eau, les racines ne le supporteraient pas.
- dans un cache-pot : Entourez la potée de tourbe. Vous pouvez mettre au fond des bouchons en liège, des billes d’argile ou des écorces de pin.

[haut]

Bien tailler les rosiers

Ni trop tôt, ni trop tard
Les rosiers buissons se taillent en fin d'hiver. De février, en zone tempérée, avant le démarrage de la végétation, jusqu'au 15 avril pour les régions les plus froides afin d'éviter que les dernières gelées n'endommagent les bourgeons conservés à l'extrémité des tiges.

Couper au bon endroit :
La bonne coupe s'effectue quelques millimètres au-dessus de l'oeil, en oblique pour que l'eau de pluie s'écoule sans provoquer la pourriture de l'oeil. Une coupe trop éloignée entraînerait pourriture et dessèchement, trop proche, la cicatrisation se ferait mal.

Cueillette des Roses :
Il est possible de cueillir des Roses sur les variétés à grandes tiges, en conservant 2 à 3 feuilles sur le rameau porteur afin de faciliter la deuxième floraison (rosiers remontants). Pour les autres variétés, éliminer les fleurs fanées en sectionnant seulement l'extrémité de la tige.

A l'automne :
La floraison est terminée, rabattre les rameaux à 30 ou 40 cm de hauteur.

Pour les grimpants :
Eliminer les branches desséchées, pratiquer l'arcure des grandes tiges pour favoriser la floraison. Pour les sujets plus âgés, à la floraison faible et éloignée, les rabattre à 50 ou 70 cm, ils "repartiront" vigoureusement pour de magnifiques floraisons.

[haut]

Palmier Howeia forsteriana (voir la photo)

Originaire des îles Lord Howe au nord de l’Australie, l'Howeia est bien le plus facile à vivre des palmiers ! Il est solide et peu exigeant. Cependant, il craint les atmosphères confinées et enfumées, ainsi que  les excès d’eau au niveau des racines.

Entretien : 
Rempotage : tous les 2 ans, dans un pot plus profond que large (gravier au fond).
Entre avril et septembre :
bassinez-le chaque semaine et ajoutez de l'engrais toutes les 3 semaines.
En été : brumisez le feuillage (évite le dessèchement).

Caractéristiques :
Taille : 1,60 m à 2,10 m
Température : de 15 à 30 °C
Arrosage :
1 fois par semaine, le terreau un peu humide et brumisez régulièrement le feuillage
Exposition :
soleil ou bonne luminosité
Couleur du feuillage :
vert
Feuillage :
persistant
Niveau de soin :
très facile
Utilisation :
intérieur

[haut]

Ananas (voir la photo)

Originaire du Brésil, l'ananas recèle quelques variétés décoratives pour l'intérieur. De taille variable, il forme une rosette de longues feuilles dentelées ourlées de jaune crème. 
Il existe différentes variétés d'ananas, comme l'Aureovariegatus qui se présente sous la forme d'une rosette évasée de feuilles rayées de jaune or. Pour lui donner un bel effet, regroupez plusieurs sujets. On trouve aussi le Porteanus (ananas du commerce qui pousse dans une plante verte), le Bracteatus (formes rayées de vert, de jaune et de rose) ou bien encore le Champaca. Cette récente variété se distingue par un petit fruit violet devenant jaune au bout d'un mois et devient comestible. La plante atteint 50 cm et forme une touffe de jolies feuilles vertes ourlées de petites dents dures.   

Entretien :
Après la fin de la fructification, la plante vit encore plusieurs mois, le temps de former des rejets. Il faut alors vaporiser fréquemment la plante avec de l'eau tiède pour lutter contre la sécheresse de l'air ambiant et maintenir le feuillage propre. N'utilisez pas de lustrants, cela provoquerait des taches de rouille sur le feuillage. 

Multiplication :
Lorsque la plante-mère est complètement sèche, vous pouvez procéder à la séparation des rejets. Ceux-ci doivent être bien développés (une dizaine de cm) pour les rempoter dans un mélange léger. Ne tassez pas trop et rempotez 3 mois plus tard.

SOS soins :
Feuilles brunissant et racornies : air trop sec, chaleur excessive. Brumisez et placez l'ananas plus au frais.
Chute des feuilles de la base : terreau trop mouillé
Feuillage moins panaché : luminosité insuffisante. Ajoutez de l'engrais en période de croissance.
Feuilles poisseuses : présence de cochenilles, frottez les feuilles avec un coton imbibé d'alcool à 70°C.
Feuillage se desséchant après la fructification : phénomène normal pour cette plante.

Température : 15°C minimum, en dessous ça stoppe la croissance. Il faut une chaleur constante de 18 à 21°C.
Exposition : Pleine lumière, avec un soleil léger pour intensifier la coloration de la plante.
Arrosage : Avant tout arrosage, le compost doit être sec. Durant l'hiver, arrosez moins.
Rempotage : Seulement pour les rejets suffisamment développés (10 cm) et dans un terreau riche en tourbe.
Fertilisation : Ajoutez de l'engrais liquide dilué pendant la période de fructification et en été.

Bouturer un fruit frais très facilement :
A partir d'un ananas frais présentant des feuilles intactes, vous pouvez obtenir une plante ! 
Coupez le toupet de feuilles avec 1 cm de fruit, enlevez la pulpe et laissez sécher 24h à l'abri du soleil.
Mélangez de la tourbe, du terreau et du sable humidifiée et enterrez la bouture de moitié. Recouvrez de plastique soutenu par 3 bâtonnets. Dès qu'une feuille apparaît, retirez le plastique.

[haut]

Lavande

Il existe de nombreuses sortes de Lavande :

Le Lavandin
C'est le type de Lavande que l'on trouve le plus souvent, cultivé principalement en Provence. Il s'agit d'un hybride naturel vigoureux dont les fleurs produisent une huile utilisée pour parfumer les produits d'entretien ou les savons ! 
La plupart des variétés sont plus hautes et plus larges que les lavandes vraies
.
Bleu mauve : "Grosso" florifère, compacte, est la plus répandue dans les jardineries. "Sumian" à grosses fleurs très parfumées.
Blanc : "Alba" à feuillage dense très argenté.

La Lavande vraie
Ce type de Lavande est très recherchée pour ses fleurs délicieusement parfumées, qui s'épanouissent de juin à juillet. Il en existe de nombreuses variétés de 30 cm (feuillage) à 50 cm de haut (en fleurs), aux couleurs différentes.
Mauve : "Twickel Purple", vigoureuse, ou "Munstead Dwarf", plus précoce et compacte (de 20 à 40 cm).
Bleue : "Maillette", bien bleue, plutôt tardive.
Rose : "Hiccote Pink", précoce, dans les tons pastel.
Blanc : "Alba", épis petits et arrondis, plante basse.

Autres variétés
Une floraison plus longue et des variétés à cultiver en véranda.
A toupet ("Lavandula stoechas") et à aile de papillon ("Lavandula pedunculata") : en avril ou en mai, leurs épis pourpres sont surmonté de bractées semblables à des ailes de couleur rose.
Au feuillage dense en toute saison (Lavandula x "Richard Gray") : cette variété forme un coussin étalé au feuillage gris laineux qui ne se dégarnit jamais de la base et fleurit bleu violet de juin à août.
Les exotiques pour climat doux : Lavandula "Canariensis" à odeur citronnée, "Multifida" à fleurs torsadées.

Les Lavandes ont une belle allure en pot
La Lavande cultivée en pot donne aussi de très bons résultats. Elle permet de décorer un balcon ou une terrasse ensoleillés grâce à son beau feuillage persistant et aromatique.
La "Lavandula dentata" fleurit bleu clair du printemps à l'automne, voire toute l'année en climat doux (avec une légère pause en été). Son feuillage persistant vert clair, finement crénelé forme une boule étalée.
En hiver, placez les variétés les plus frileuses à l'abri, telles les espèces exotiques à très longue floraison.
Quel pot ? en plastique ou en terre cuite traditionnelle, d'un volume au moins égal à une fois et demie le volume de la motte.
Quel terreau ? bien drainant, par exemple un terreau "Spécial plantes méditerranéennes" fait de tourbe, d'argile et de perlite. Préférez cependant un mélange acide contenant de la terre de bruyère pour les "Lavandula pedunculata" et "Lavandula stoechas".
L'arrosage : laissez la motte sécher entre deux arrosages, évitez les bacs à réserve d'eau et les excès d'eau de pluie en hiver.

Comment cultiver les Lavandes ?
Au soleil et au sec : Le plein soleil favorise toujours une floraison abondante. Poussant naturellement dans des sols pauvres et caillouteux, les Lavandes ont besoin d'un terrain perméable où l'eau ne stagne pas. C'est dans ces conditions qu'elles résistent le mieux au froid hivernal, jusqu'à -20°C pour la Lavande vraie et les Lavandins, de -10 à -12°C pour les "Lavandula stoechas" et "Lavandula pedunculata".
Elles préfèrent en général un terrain calcaire, sauf "Lavandula stoechas" qui demande un sol acide et "Lavandula pedunculata" qui tolère la neutralité ou un peu de calcaire.
Bien installées : Plantez-les dans un terrain ameubli sur 30 à 40 cm. S'il est argileux, choisissez un endroit en pente ou un massif surélevé favorisant l'écoulement de l'eau. Un apport d'engrais complet ou de compost est envisageable mais pas indispensable.
Quelques arrosages favoriseront une bonne installation la première année. Ensuite, elles résistent toutes très bien à la sécheresse estivale.
Entretien  : arracher les mauvaises herbes poussant au pied et, surtout, tailler régulièrement.

Un soin indispensable : la taille
La taille permet de conserver des touffes denses et garnies de feuilles sur toute la longueur des tiges. Changez les plus vieux pieds trop dégarnis.
Après la floraison : Dès que les épis sont fanés, coupez les tiges florales et 1/3 maximum de branches portant des feuilles. Evitez toutefois de trop dégarnir les plantes en climat rude, à l'approche des périodes de gel. 
En fin d'hiver : Les plus grands froids passés, effectuez une remise en forme de la touffe, à la cisaille, afin d'éliminer les extrémités abîmées par le gel. Les branches taillés vont se ramifier et produiront davantage de fleurs.

[haut]

Réalisez une composition ensoleillée !

Le matériel nécessaire :
-une poterie ronde de 20 cm de diamètre
-2 pains de mousse florale
-10 jeunes brins de Thuya
-5 citrons
-5 oranges
-4 bouquets de Mimosa
-1 sécateur
-10 fourchettes

1° étape : mettez en place la mousse florale
Humidifiez au maximum les 2 pains de mousse florale et installez-les verticalement dans le contenant. Coupez les coins des pains de mousse et la hauteur pour que la mousse dépasse de 4 cm. Piquez les brins de Thuya horizontalement dans la mousse (disposée verticalement) pour faire une collerette de verdure. Pour plus d'effet, recoupez les branches à la même hauteur (15 cm). 

2° étape : coupez les branches de Mimosa à différentes longueurs
Coupez les rameaux de la bases, retirez toutes les feuilles susceptibles de tremper dans l'eau et fendez la base des tiges, de préférence en biais.

3° étape : répartissez avec soin les tiges de Mimosa
Piquez les tiges de Mimosa les plus courtes le long de la collerette de Thuya. Disposez ensuite les plus grandes en veillant à donner une forme arrondie à votre composition. Remplissez le vase d'eau tiède et si possible, ajoutez-y un sachet de conservateur spécial Mimosa.

4° étape : piquez les agrumes sur les fourchettes 
Pour donner un effet luisant à vos agrumes, frottez-les avec du papier absorbant imbibé d'huile de table. A présent, il ne vous reste qu'à planter vos agrumes sur des fourchettes et de les piquer parmi le Mimosa, à des hauteurs différentes pour donner une forme bien arrondie à l'ensemble.

 

[haut]